[TUTORIEL] - Installation de Gladys 3.14.0 from scratch sur Raspbian

Bonjour à tous !

Spoiler alert : ça m’a gonflé d’essayer d’installer une version bêta, alors mon post est de mauvaise humeur, mais les informations techniques fonctionnent.

En suivant le seul tutoriel, j’ai essayé, en vain, d’installer la v4 Bêta “from scratch”.
Parce que, et bien oui, tout le monde sait que quand on sort une version bêta avec 10% des fonctionnalités existantes d’avant, on rend indisponible la version stable précédente qui contient toutes les fonctionnalités…

À l’étape “grunt buildProd”, tout comme greich, j’obtiens le message d’erreur suivant : “Fatal error: Unable to find local grunt.”
Évidemment que je n’ai pas oublié de lancer la commande pour installer grunt-cli, et ce lors de la douzaine de tentatives.
Mais c’est juste une bêta, alors elle plante, c’est normal.

Après m’être résigné à lancer le docker de la 4.0 bêta, pour tester, j’ai pu me rendre compte que tous les modules qui m’ont convaincu de passer à Gladys n’ont pas encore été migrés…
Alors j’ai décidé d’installer la dernière version de Gladys 3, mais aucun tuto “from scratch” : à croire que tout le monde est sensé dédier la vie de son RPi à Gladys et flasher l’image Raspbian Gladys.
J’ai enfin 4Go de RAM sur un Raspberry, alors évidemment que Gladys n’est qu’une fonctionnalité parmi tant d’autres.

Alors, et bien, en tant qu’utilisateur très régulier de Github, j’ai décider de me débrouiller…
Pour récupérer la version 3.14.0 de Gladys, il suffit d’utiliser cette ligne de commande :

git clone -b v3.14.0  https://github.com/gladysassistant/gladys.git gladys

J’ai aussi eu besoin de mettre à jour npm :

npm install [email protected] -g

D’après le manuel de la 3.14.0, il faut installer yarn et le lancer avant de lancer “grunt buildProd”.
Et là, miracle, pas de plantage !

La seule autre différence avec le tutoriel initial est la création du fichier “.env”, expliquée dans le manuel.
Et là, ça se lance, tout fonctionne bien.

Vus les commentaires que j’ai croisé sur le forum, ça va en aider plus d’un…

Note :
En cas de problème pour installer des modules, il suffit de faire ça (sur votre checkout de gladys) :

sudo chown -R pi:pi ~/gladys
1 Like

Salut, a l’époque cela fonctionnait très bien avec la doc. Mais merci à toi de mettre ça à jour :slight_smile:

D’ailleurs tu pourrais aussi faire une PR sur le github de la doc si certaines chose manque

Comme tu dis : “à l’époque”…
Avec l’arrivée tonitruante de la v4 bêta, il ne reste plus rien sur la v3 à part l’image Raspbian.
J’ai dû gratter pour aller trouver la branche de la 3.14.0.

En fait, j’ai appliqué la doc pour la v4 bêta (c’était déjà fait…) et j’ai rajouté les p’tits bouts du manuel sur Github qui correspondaient à la v3 (quand je l’ai trouvée). Du coup, j’ai peut-être installé trop de libs NodeJS qui ne servent qu’à la v4 bêta.
Mais tu as raison, il suffit probablement de simplement suivre le manuel de la 3.14.0 présent sur Github. Maintenant tout le monde pourra le trouver sur le forum :wink:

1 Like

Le plus simple est de télécharger l’image officielle et ensuite de mettre à jour via le script sh fourni dans l’image

Mais c’est bien ça le problème : “installer l’image officielle”.
Est-ce que tu connais beaucoup de logiciels qui te demandent d’installer une image spéciale de ton OS pour avoir l’appli ? C’est une aberration…
Est-ce que tu imagines, par exemple, les gars de Mozilla qui te disent “pour installer Firefox, installez cette image de Windows / Linux / Mac OS” ? Bien sûr que non.

Mon RPi n’est pas dédié à Gladys (j’ai notamment un serveur Pi-Hole), alors flasher une image “Raspian Gladys”, c’est juste du n’importe quoi. L’application devrait être dispo dans un zip, ou à minima un script shell tout prêt qui télécharge / installe / fait le café tout seul.

Sauf qu’en faisant ça tu fais fuir les gens car certains ne se sentent pas capable d’installer Raspbian, puis Docker, puis lancer des containers…

Ceux qui ont un os déjà installé sur leur Pi sauront faire tout ça.

D’où le script téléchargeable qui lance toutes les lignes de commande.
Il y a pas mal d’applis pour RPi où on te donne pour l’installation une seule ligne de commande : “curl -sSL hhts://…/install.sh | sh”
Tu peux bien y mettre du NodeJS ou du Docker, peut importe.

En plus, tu peux faire un script / une ligne par version, comme ça les gens installent ce qu’ils veulent, et ça reste simple.

Certes mais faut le maintenir tout ça. Et on est pas 50

Je rajouterai juste que vous disposez de tout gratuitement. ( ça c’est pour le ton)

Ton besoin n’est pas celui du voisin.

Ps: le script shell existe sur la v3

2 Likes

Salut,

c’est animé ici ^^.

La phylosiphie de Gladys est de fournir une solution clé en main sans devoir passer par du SSH ou autre interface/script peu user-freindly dans le but d’être accessible au plus grand nombre. D’où l’image déjà prête.

Pour les personnes plus à l’aise avec l’informatique et les PI, elles peuvent facilement installer docker, télécharger les sources, les builder, dev, proposer des PR etc. De cette manière, il me semble que Gladys v4 répond à pas mal de besoin. L’installation via un script qui installe docker, télécharge les images puis crée les containers est intéressante. Si tu veux bosser dessus et le proposer c’est super !

Tu dis que tout n’est pas migré vers la v4, c’est effectivement le cas. Cependant ce qui est migré est plus stable, et le reste viendra avec le temps :wink:

C’est justement parce qu’on dispose de tout gratuitement que j’ai fait cette contribution : ce n’est pas parce qu’on est bon en shell qu’on sait comment aller récupérer une branche spécifique sur Github.

Faire le script qui suit le tuto, ça prend 5 min. Au niveau maintenance, un p’tit projet secondaire sur Github où on met un script par version / méthode, et on n’en parle plus. Et même s’il y a une dépendance sur une version particulière d’une lib, ça peut se forcer sur la ligne de commande.

Je ne dis pas que l’image toute prête est mal, je dis que c’est très très limité et que la moindre des choses c’est d’avoir la solution alternative “from scratch”, pour les plus expérimentés en lignes de commande, parce que les utilisateurs de docker sont sensés savoir faire une nouvelle image avec justement la méthode “from scratch”.

Et la 2° chose que j’ai dit, qui est celle qui me hérisse le poil largement plus, c’est qu’une version bêta ne devient jamais la version principale qui remplace la version stable. Quand on a un master en informatique, on est sensé le savoir, ça fait partie de la base de la gestion de version.

Gladys est un projet super, avec des fonctionnalités que je n’ai pas trouvées ailleurs (mais je n’ai peut-être pas assez cherché, je ne sais pas), d’où l’intérêt que je lui porte. Et quand je vois un faux-pas pareil, c’est se tirer une balle dans le pieds, et ça m’énerve.

Pour ce qui est de contribuer, j’y pense, mais NodeJS n’est pas mon domaine de compétence, et j’ai déjà mes projets à moi à développer dans un langage “concurrent”.
Cependant, vu les limitation de Google à 8 requêtes vocales par jour, j’ai besoin d’autre chose, et peut-être que je me pencherai sur le problème.

Je m’arrête la, je laisse le topic ouvert pour ceux qui veulent débattre.

Disons que le seul vrai problème de ton post (au demeurant utile) c’est le “ton” que tu emplois.
Et c’est là que ça devient ni constructif ni utile.

Si Pierre-Gilles a fait comme ça il y a forcément une ou des raisons. Ce que tu exprime ressemble plus à une frustration personnelle que tu retourne contre celles et ceux qui contribuent au projet.

Bref, voilà qui n’a plus grand rapport avec le tuto d’install de Gladys 3.

Bonne continuation @Maze :+1:

Bonjour
je voudrais installer gladys mais pas à partir d’une image, comme toi.
J’ai suivi ton tuto pas à pas et comme celui du scratche je suis bloquée au “Unable to find local grunt” …
Une solution?
Avec mes remerciements

C’était mon problème aussi quand je tentais d’installer la v4.
Mais en installant la v3, je n’ai pas eu le problème.
Peut-être en mettant un coup de sudo sur l’installation de grunt ou son exécution, ça pourrait régler le problème ?

J’admets que pour arriver à l’installer, j’ai un peut forcé au chausse-pieds, en faisant l’installation v4 avec un peu d’installation v3 après coup.
Et comme je n’avais pas envie de encore réinstaller tous les autres trucs que j’ai installé sur mon Pi, je ne l’ai pas fait depuis une version “clean” de Raspbian.
Mais il ne me semble pas avoir oublié quelque chose, vu que mon acharnement était porté justement sur grunt.

Bonjour j’ai finalement compris d’ou venait la confusion. Si on suit pas à pas on traite la clone puis le npm puis on passe sur la doc de la 3.14 et on continu et on zappe l’info important du “cd gladys”… et à partir de la tout s’enchaine
merci